Skip to main content

L’erreur la plus fréquente que j’ai vu, c’est le manque d’identité, autant comme gestionnaire que comme entreprise. Lorsqu’on crée une entreprise, il faut aller au-delà de ce que l’on fait; il faut aussi déterminer qui l’on est. C’est justement le sujet d’aujourd’hui: l’identité de ton entreprise ou la fameuse culture d’entreprise. Celle-ci permet de guider les parties naviguant autour de notre projet, mais également à attirer des gens qui s’y retrouvent. C’est donc bien plus important qu’on le pense et voilà pourquoi c’est primordial d’en parler: mythes, définitions et bénéfices.

La culture : de kossé?

Si le terme culture d’entreprise semble un mystère pour plusieurs ou un concept très flou, c’est normal. Le terme est surutilisé à outrance, sans compter tous ces experts auto-proclamés qui nourrissent ton feed Linkedin qui tentent d’attirer ton attention avec une nouvelle définition-choc.

Commençons par déconstruire quelques mythes. Voici ce que n’est pas la culture :

  • Pouvoir rentrer au travail à 10h00 le matin;
  • Le droit de porter un T-shirt Star Wars et des jeans troués au bureau;
  • Les vindredis cozy qui commencent à 14h00;
  • Les retraites d’équipes over publicisées sur le Instagram de ta compagnie;
  • Les cours de bootcamp le matin sur le gazon à côté du parking du bureau.

«C’est quoi alors?», me demanderas-tu. Il s’agit des extrants de la culture d’entreprise. En gros, si la culture est d’une certaine façon, ce genre de pratiques sera établi pour la consolider ou l’aligner :

  • Rentrer à 10h00 le matin parce qu’on croit en la flexibilité;
  • S’habiller comme on veut parce qu’on croit en la créativité;
  • Les vindredis cozy parce qu’on croit en la cohésion d’équipe;
  • Les retraites d’équipes parce qu’on croit à la reconnaissance;
  • Les cours de bootcamp parce qu’on croit à une vie saine et active

Quel est le point commun dans tout ça? Croire en ou à quelque chose. C’est exactement ça la culture; rallier une ou plusieurs personnes derrière un but commun à atteindre d’une façon communément similaire en ayant des valeurs principales communes.

Tu as peut-être reconnu la définition de trois principes qu’on enseigne dans les écoles de gestion de ce monde ou ce que l’on voit sur tous les sites Web de compagnie dans la section ‘’À propos de nous’’.

Oui, oui, il s’agit de la VISION, de la MISSION et des VALEURS de l’entreprise.

Importance

Bon, let’s be honest. Il y a énormément de gens qui pensent que c’est du charabia de fausses promesses. WELL, NOT ANYMORE.

  1. Avoir une culture claire lance les bases de d’un bon branding et rends l’entreprise crédible.
  2. Les candidats recherchent maintenant une culture qu’ils aiment, car elle s’aligne souvent avec les pratiques internes et leur permettent de faire un emploi concorde avec leurs valeurs personnelles.
  3. Ça permet d’aligner avec la stratégie, sans aller tout bord, tout côté.Les choix sont cohérents, sans être prévisible.

C’est quand même surprenant que ce soit un si nouveau concept. Mais pourquoi? Il semble évident de ne pas travailler pour une entreprise qui ne partage pas les mêmes principes.

La réponse :

Dans le temps, les gens passaient 40 ans dans la même job parce que c’était 1) la seule entreprise à proximité 2) n’avait pas accès aux fameux Internet et son flux informationnel illimité de reviews GlassDoor et de possibilités d’emploi 3) une fois rentrée dans une place, tu ne voulais pas perdre les droits d’ancienneté acquis en allant ailleurs (incluant de nombreux avantages monétaires et non monétaires) 4) la protection de l’emploi (discrimination, aide à la recherche d’emploi, etc.) n’était pas aussi avancée. Bref, les choses ont changé et les gens sont mobiles et informés. Endurer les décisions de gestion et une philosophie différente n’est plus un mal nécessaire pour subvenir aux besoins primaires de ta personne et/ou de ta famille.

Aussi, si on regarde les différents mouvements sociaux du passé, on remarque à quel point les gens vont aller à l’extrême pour défendre une cause en laquelle ils croient. En gros, si les employés et partenaires croient aux mêmes affaires que l’entrepreneur et que, SURTOUT, ces croyances sont appliquées à la lettre, imagine ce qui est possible. Si tu es déjà un entrepreneur, tu as sûrement un ou plusieurs coups de main de connaissances, amis et famille. Pourquoi? Parce qu’ils croient tous en toi et en ton projet. Cependant, il y a un bémol : la culture ne doit pas être décrite n’importe comment. Elle ne doit pas être en termes trop génériques ou qui ne seront pas applicables par l’entrepreneur. Il n’y a rien de plus destructif pour des employés que de briser le contrat psychologique [1], spécifiquement celui de la culture d’entreprise.

Avertissement : À noter que la culture ne devrait pas non plus être un moyen caché d’arriver à ses fins ou un endoctrinement. Je vois souvent les compagnies qui utilisent à outrance la culture afin de mieux asservir leurs employés, c’est-à-dire de les forcer à passer plus de temps au travail. C’est le cas de Google, par exemple. Les installations sont bâties sur la prémisse de la conciliation travail-famille, mais leurs employés sont seulement amenés à faire des heures de fous parce que tout est disponible sur le lieu de travail. C’est juste faussement sain.

Petit point féministe : C’est d’autant plus important lorsqu’on est une femme et que l’on veut encourager l’égalité en emploi. Il est prouvé scientifiquement que les femmes ou les gens s’identifiant aux caractéristiques féminines choisiront davantage un emploi (en gestion dans le cadre de cette étude) dans une compagnie ayant une vocation (cadre humanitaire au sens large) plutôt qu’une compagnie recherchant le profit uniquement (cadre instrumental). Considérant que les femmes, quoique peu représentée, sont reconnues comme ayant de meilleurs résultats lorsqu’elles occupent des postes de leadership, tu as relativement intérêt à attirer ce genre de personnes pour faire profiter ton entreprise[2].

Définir le triforce : Vision, Mission, Valeur

Maintenant que tu es convaincue, je vais donner quelques définitions :

Vision :

C’est l’objectif ultime. Cet objectif, lorsqu’atteint, voudra dire que l’entreprise n’a plus lieu d’exister. C’est ambitieux, c’est grand et c’est un peu fou.

Mission :

Ça c’est qu’est ce que l’entreprise va faire pour contribuer à la vision. C’est réaliste, c’est un objectif et ça peut changer dans le temps. C’est pas précis, puisque la stratégie le sera.

Valeurs :

Ça c’est de quelle manière ce sera fait. C’est pas des phrases, parce que ça c’est des principes. C’est pas quelque chose que tout le monde fait (ex : orienté client). Et le contraire de ces valeurs n’est pas moralement inacceptable (ex : honnêteté). Ça différencie des autres et ça s’aligne avec le produit/service (ex : je vends des salades donc une de mes valeurs sera la santé).

En démarrage d’entreprise, c’est crucial que des choix soient faits et que les éléments, présentés plus haut, soient connus. Ça permet de guider chacune des actions en entreprise. C’est sûr que si on parle d’une solopreneur, c’est un peu dans la tête et ça reste gérable. Mais dès qu’un employé s’ajoutera au mix ou que l’entreprise prendra de l’ampleur, il va falloir un guide pour les partenaires, employés et clients pour qu’ils puissent prendre les bonnes décisions. Au final, si tu ne sais pas pourquoi, quoi et comment tu veux faire les choses, comment sauras-tu que tu es sur le bon chemin?


Sources :

  1. Le contrat psychologique est composé par définition de croyances selon lesquelles des obligations réciproques basées sur des promesses implicites ou explicites régissent la relation d’échange qui lie l’employé à son organisation (Rousseau, 1995, 1990, 1989).
  2. Sanchez-Mazas, M., & Casini, A. (2005). Egalité formelle et obstacles informels á l’ascension professionnelle: les femmes et l’effet ‘plafond de verre.’ Social Science Information, 44(1), 141–173.
Jennifer Proulx

Jennifer Proulx

DRH & CRHA à temps plein. Passionnée, féministe, joueuse de soccer et revendicatrice à temps partiel. Membre du CA de la Société de Sauvetage, Présidente du Conseil Jeunesse du Sud-Ouest & étudiante à la maîtrise.

Suivez @famm sur Instagram!